20/01/2007

...

fille allongée bouquet

 

Dans mon chagrin, rien est en mouvement

J'attends, personne ne viendra

Ni de jour, ni de nuit

Ni jamais plus de ce qui fut moi-meme

 

Mes yeux se sont separés de tes yeux

Ils perdent leur confiance, il perdent leur lumière

Ma bouche s'est separée de ta bouche

Ma bouche s'est separée du plaisir

Et du sens de l'amour, et du sens de la vie

Mes mains se sont separées de tes mains

Mes mains laissent tout echapper

Mes pieds se sont separés de tes pieds

Ils n'avanceront plus, il n'y a plus de route

Ils ne connaitront plus mon poids, ni le repos

 

Il m'ai donné de voir ma vie finir

Avec la tienne

Ma vie en ton pouvoir

Que j'ai crue infinie

 

Et l'avenir mon seul espoir c'est mon tombeau

Pareil au tien, cerné d'un monde indifférent

J'etais si près de toi que j'ai froid près des autres.

 

                         Paul Eluard

 

 

 

 

 

 

 

17:11 Écrit par un regard perdu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... Poème magnifique d'un trés grand poète. Que puis-je ajouter de plus..? silence admiratif vis à vis de ces mots si bien formuler.
Passe un bon concert Louise. Tu me raconteras..!

Écrit par : un petit ange triste | 20/01/2007

"mes pieds se sont séparés de tes pieds"?

Écrit par : Lauren | 26/01/2007

Les commentaires sont fermés.